1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 10:22

Rive droite, rive gauche

 

PHOTOS-A-CLASSER-encore-plus-011---avec-encadremen-copie-2.jpg

au départ, Pont Notre-Dame Ph J F F 

 

 

Dans l’article précédent il s’agissait de s’extasier en traversant la Seine. Mais quoi ? Ecouen et la Porte St Denis ne sont pas au bord de l’eau !

 

Une image suffit à comprendre le bonheur de franchir le Pont Notre Dame, juste après la Tour St Jacques, Rive Droite. En face, sur l’Ile de la Cité, une île chargée d’histoire, se dresse ce qui fut le château royal jusqu’au 14ème siècle.

 

Les rois sont partis ailleurs, et même s’en sont allés pour de vrai. Les pouvoirs sont passés dans d’autres mains et pas forcément dans celles de ceux qu’on croit. Mais tu pars aussi pour oublier tout ça…

 

Aujourd’hui les tours protègent le Palais de Justice. Qui à son tour renferme en ses murs le joyau gothique de la Sainte Chapelle. Tu la verras sur ta droite, passé le Marché aux Fleurs...

 

Bientôt, toujours tout droit, tu franchiras un autre pont, le Petit Pont. Adieu la Seine, à toi la Rive Gauche,

 

à toi St Jacques !

 

Un dessin vaut mieux qu'un long discours

 

De haut en bas :

 

Ecouen,

 

la Porte St Denis,

 

la Tour St Jacques

et l'Ile de la Cité,

 

la rue St Jacques. 

 

 

 

carte011.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article

30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 18:19

Le "Grand Chemin Chaussé"

 

Celui qui n’a pas un frisson de plaisir en traversant la Seine, à Paris, a un coeur de pierre. Eviter la ville lumière, c’est se priver des pages les plus glorieuses de l’architecture et de l’histoire du pays.

 

Le parcours est jalonné de monuments grandioses. Deux exemples tirés du catalogue d’ouvrages anciens d’une librairie spécialisée :

 

 CHATEAU D ECOUEN 010

 Château d’Ecouen, à une centaine de mètres de la via turonensis,

vu par Baltard et décrit ici


 PORTE ST DENIS BLONDEL

 

Porte St Denis dans un ouvrage de Blondel,

à côté de la porte St Martin montrée  ici

 

Sur la voie de Paris, tu parcours l’espace par le "Grand Chemin Chaussé",

tu remontes le temps à travers la Grande Histoire.

 

Merci à la librairie Ormara de Versailles (catalogue n°13)

 

 

 

 

Partager cet article

26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 21:24

Compostelle partout

 

Croire que le début du chemin de Compostelle est à St Jean Pied de Port, à Conques ou à Poitiers, c’est comme s’imaginer qu’un matin ne commence qu’à l’aurore. Comment le soleil poindrait-il sans l’aube ? 

                      LES-DUNES-1494071549813_780791891_n.jpg

 

L’amie Claire a découvert récemment un village de Zélande, aux Pays Bas. Renesse est au bord de la mer du Nord. Dunes, balades à bicyclette, maisons nickel.

 

PLACE DE L EGLISE 651495144883039 833745498 n

Eglise de Renesse Ph. J R 


La fête de la paroisse tombe le 25 juillet : l’église est dédiée à St Jacques le Majeur, comme celle de Montrouge en Ile de France, comme celle de Sint Jacobiparochie tout au nord en Frise. On est sur le même chemin qui à travers Anvers, les Flandres, Lille, la Picardie, arrive à Compiègne et passe à Paris.

 

PANNEAU-SANTIAGO-_849243117_n.jpg

Une église tournée vers l'Est, comme d'habitude. Ph. J R


Ici pas de monument, mais un panneau indicateur qui en dit long.

 

Les chemins de Saint Jacques sont partout,

 

leurs points de départ aussi.

 

 

 

 

Partager cet article

Published by J F F - dans Tracés
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 21:11
            CASSINI-BIS-754px-LongpontsurOrge_Cassini-copie-1.jpg                   

En avant la relique !

 

Bien qu'aujourd'hui il ne soit ni plus court, ni plus agréable, le chemin de l'Est a la préférence de certains pèlerins. 

 

Une habitude nourrie par quelques guides imprimés. Dans le passé, le pèlerin allait-il vers Orléans pour embarquer sur la Loire et donc se rendre à Tours plus facilement ? C'est bien possible.

 

Si c'est ton choix, oublie la marine fluviale, remplacée depuis plus d'un siècle et demi par le chemin de fer. Passé Massy, où tu auras été fort bien accueilli, tu continueras plein sud. L'hébergement pèlerin suivant, la maison du Mesnil, est à environ 18 km, à Longpont (F), un peu à l'écart du chemin vers l'Est, au niveau de Montlhéry. Longpont sur Orge, dans l'Essonne, bien entendu*.

 

Capture plein écran CARTE BIS 215911

Itinéraire sous réserves Attention aux automobiles

 

A Chartres on vénérait la chemise de la Vierge, Longpont rassemblait les foules autour de son voile. En réalité pas tout de suite. D'abord, on y adora, dès les temps druidiques, une effigie d'une femme portant un enfant dans les bras, accompagnée d'une inscription :"Virgini pariturae". Cette statue aurait été trouvée dans l'anfractuosité d'un tronc de chêne.

 

Avec une ancienneté pareille, pas étonnant que tout roi pieux, que tout religieux du Haut Moyen Age qui comptait un peu soit venu prier en ces lieux.

 

PHOTOS HIER 2013 004

Longpont hier 

LONGPONT-AUJOURDHUI-TER-2013-012.jpg

Longpont aujourd'hui Ph. J F F 

 

 

A Marseille ils ont Notre Dame de la Garde, à Longpont elle est devenue Notre Dame de Bonne Garde, illuminée dans la chapelle axiale aux murs couverts d'ex-voto.

 

CHAPELLE DE LA VIERGE BIS SSER 2013 010

Chapelle de la vierge Ph. J F F 


Mais la grande curiosité de la basilique c'est sa collection de reliques, présentée dans des vitrines néo-gothiques. Bien éclairée, c'est la plus importante de France. Elle en compte 1400 ! Même celui ou celle qui n'apprécie pas ces aspects physiques et corporels de la vie religieuse sera étonné(e) par le nombre, la richesse des reliquaires et des châsses exposés.

 

RELIQUAIRE LONGPONT 2013 008

Les reliques Ph. J F F 


Appel à témoignages photographiques : il paraît que le portail de l'église arbore des coquilles Saint Jacques. Ce serait le signe que "ils passaient par là". Tout lecteur qui arrive à distinguer ces mollusques et à nous en faire parvenir une photo dans les commentaires

 

sera remercié publiquement (ou non).

 

      * à ne pas confondre avec l'Abbaye de Longpont en Picardie

 

Partager cet article

Published by J F F - dans Eglise
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 19:06
703px-Rambouillet_foret_carte_de_Cassini-ENCADREE.jpg     

Voir ou ne pas voir

 

 

On ne va pas à Compostelle pour voir des châteaux. Sur le chemin, on a autre chose à faire, et le temps manque pour les visiter. 

 

PREMIERE-DAMPIERRE---1020755-.JPG

Qui a le plus beau ?  Ph. J F F


Dommage, parce qu'en Ile de France c'est comme si les ancêtres de l'aristocratie d'aujourd'hui avaient fait un concours à qui aurait le plus beau.

 

En quittant Paris on chemine devant Sceaux. Le lendemain, passé Vauhallan et son monastère qui l'a hébergé, le pèlerin vers Chartres voit au loin le château médiéval de la Madeleine et celui, sportif, des Coubertin. Il remonte la vallée de Chevreuse et, s'il prend le parcours le plus court, il longe les grilles de Dampierre.

 

Honoré d’Albert de Luynes, duc de Chevreuse, était le gendre de Colbert. Il était aussi Ministre d'Etat. Pas étonnant que la bâtisse ait un petit air Grand Siècle !  Les grands noms de l'époque se sont attachés à en faire un modèle : André le Nôtre, Jules Hardouin-Mansart, et plus tard, Duban.

 

Avoue que c'est plus agréable de faire une pause pain et fromage ou saucisson devant un tel monument, que devant un hangar ou au bord d'une nationale !

 

A l'intérieur, de plus remarquable, énumérons une représentation de Louis XIV en argent massif, une fresque géante par Jean Auguste Dominique Ingres, et une statue de Minerve, de 3 m de haut.

 

Rappelons-le, le pèlerin n'est pas là pour visiter. Après sa halte, il repart.

 

Soit en face du château sur la colline, et il aura comme une vue d'avion sur l'ensemble du domaine.

 

DERNIERE-DAMPIERRE-P1020760.JPG

Comme une vue d'avion  Ph. J F F


Il passera la nuit à la Maison de Fer qui est à deux pas (article à venir).

 

Soit il montera plus loin vers les bois qui mènent

 

à l'Abbaye des Vaux de Cernay (article passé).

 

Cartes et itinéraire le plus rapide à disposition. Faire la demande par un commentaire.

 

Partager cet article

29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 19:59

A saisir !

AFFICJHE-SANS-LA-CROIX-269290253_1661263802_n-copie-1.jpg

"... a su capter l'esprit du chemin" (La Croix) 

Les adhérents de Compostelle 2000 présents en Ile de France et leurs amis ont de la chance. 


Certains pourront voir le film avec une personne de leur choix, comme des VIP !

 

A partir de lundi 30 septembre, les 5 plus rapides pourront aller chercher au siège de l'association une invitation valable pour deux personnes. 

 

emillio-estevez-78136319000_1277398607_n.jpg

Emilio Estevez, le Réalisateur, une vraie flèche !

            Deux conditions : 
- être adhérent de Compostelle 2000
- inviter un(e) non-adhérent(e) à voir le film ensemble. 
Un conseil : téléphone le matin pour t'assurer que les invitations sont bien arrivées et qu'il en reste.

 

Tu trouveras l'adresse, les horaires d'ouverture et le n° de téléphone de Compostelle 2000 ainsi que la liste des salles où le film est projeté dans le site de l'association : http://www.compostelle2000.org/

 

Bon film !

 

 

 

 

Partager cet article

Published by J F F - dans Création
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 21:21

Récit               Vilalcazar de Sirga - Carrion de los Condes -

                      Terradillas de los Templarios 

 Texte sonorisé 34 km 

(cliquer sur la video en bas de page)


chemin-mouille054.jpg

Jour de pluie    Ph. J F F

En chemin, c'est comme ailleurs, quand il pleut longtemps le moral baisse. De la pluie, il en est tombé toute la nuit. Une gouttière de l'hôtel n'a pas manqué de l'éclabousser à voix haute. Il pleut et il continuera de pleuvoir toute la matinée. Se couvrir, et partir quand même.

 

Juste avancer, se battre contre les rafales de vent, baisser la tête et canaliser son esprit pour qu'il reste déterminé. Il y a aussi des paroles apprises dans l'enfance qui peuvent aider, textes courts cent fois, mille fois répétés, surtout le dimanche, ou chansons d'enfance oubliées, petites musiques, grande musique, on les répète, content de les retrouver. Les paroles et les airs étaient restés intacts dans la mémoire. On les répète encore pour oublier qu'il pleut et qu'on ne voit rien.

 

Le personnage, sous sa cape verte, que je rattrape, c'est  Romano, parti plus tôt. Une photo, et on continue. Je comprends qu'il préfère se trouver seul en chemin.

 

A Carrion de los Condes, c'est  malheureux, mais pas le temps d'admirer les sculptures de la façade. Tête baissée à cause de la pluie, il est davantage loisible de rêver sur les marques en bronze qui font tant d'effet...

 

 

 

 

 

 

 

r_iglesia_santiago_carrion_de_los_condes_t3400430.jpg_36927.jpg

Carrion de los Condes

cafe-et-carnet-encadres-P1010468.JPG

 

 

idem-plus-pres-P1010473.JPG

 

Au vingt-cinquième kilomètre le temps finit par se dégager un peu.

 

Le chemin m'amène au cœur d'un village, "les petites terres des Templiers" ces chevaliers-moines qui furent les premiers libérateurs du nord de l'Espagne. Je me trouve devant la porte d'une albergue qui n'a pas tout à fait l'apparence attendue. Elle porte le nom grandiose de Jacques de Molay. Voilà qui nous ramène à Paris en un clin d'œil.

 

Templars_Burning.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce Jacques-là, c'est le Maître de l'Ordre des Templiers, celui que Philippe le Bel fit arrêter méthodiquement, un jour devenu célèbre de par le monde : le 13 octobre 1307. Un vendredi de surcroît. En disparaissant quelques années plus tard, le Maître et ses frères emportèrent avec eux, à jamais, le secret d'un trésor...

 

A peine franchi le seuil de cet albergue, il y a comme une gêne, un malaise qui durera jusqu'au lendemain. A l'intérieur, les murs des cloisons ne montent pas jusqu'au toit... D'une chambre à l'autre tous les bruits vont et viennent. Quant au rez-de-chaussée, la  salle à manger est enfumée par les cigarettes allumées l'une sur l'autre, y compris celles du patron. Il devait y avoir moins de fumée sur l'Ile aux Juifs au moment de l'infâme exécution.

 

En prenant l'air dehors et en visitant ce pueblo en une minute chrono, on comprend vite que le chemin a été détourné pour éviter de passer devant le refuge pèlerin municipal indiqué dans le guide ! Le village a appartenu aux Templiers. Il appartient maintenant, en partie du moins, au monde de l'argent gagné "à l'arrache". Désagréable sensation d'avoir été floué. Attends demain, on essaiera d'élever son esprit,

 

de respirer un air plus sain.

 


/

Partager cet article

Published by J F F
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 20:17

J'ai fait une expérience de pèlerinage

 

Jinglehorse.jpg

 

 

 

 

 

Les Guides de voyages font un métier à part : ils doivent avoir fait, vu et appris beaucoup de choses, aimer les partager et apprécier le contact avec les gens, à commencer par les touristes qu'ils emmènent.

 

Jinglehorse (c'est son pseudo) est l'un d'entre eux. Etranger en France, où il réside, il évolue dans un monde qui se situe quelque part entre le Massachusetts, l'Europe, le Brésil et le Texas, plus quelques autres pays. 

Voici ce que, textuellement, Jinglehorse nous raconte  :

 

"J’ai fait une expérience de pèlerinage.  Je parle des pèlerinages depuis des années dans mes commentaires sur les églises gothiques : comment le plan du bâtiment permet aux fidèles de faire un bout de chemin vers Jérusalem chaque fois qu’ils vont depuis la porte jusqu’à l’autel, et si cela ne suffit pas, il y a souvent un Labyrinthe...


J’emmenais un groupe la semaine dernière à Chartres, j’ai parlé ainsi.  Puis, chance, c’était vendredi et le grand Labyrinthe était découvert et double-chance, je m’en étais pour une fois informé au préalable, donc j’ai prévenu le groupe que c’était une chance.  Mais moi je pensais que les touristes allaient simplement voir le Labyrinthe ; je n’avais aucune idée que bien des touristes ainsi que des fidèles allaient solennellement faire le chemin !


Donc j’observais un moment, une file tranquille de gens très divers suivait le tracé sur le sol.  Je considère que le Guide ne participe qu’exceptionnellement aux activités qu’il propose aux touristes, car il doit laisser la place, doit déjà tout connaître... Mais c’était évident que ce moment, justement, c’était exceptionnel; depuis le temps que je raconte les pèlerinages aux touristes, que je n’en avais jamais vraiment expérimenté, puis c’est quand que je retourne à Chartres un vendredi... ?

Labyrinth_at_Chartres_Cathedral-copie-1.JPG

Labyrinthe à Chartres : un pèlerinage dans le pèlerinage 


Et donc j’ai fait le chemin du Labyrinthe de Chartres moi aussi.  Cela n’a sûrement rien à voir avec un “vrai” pèlerinage à travers un pays... mais si, quand même, j’imagine.


    - J’ai vu que certains avaient enlevé leurs chaussures.  Moi je ne suis pas croyant, mais je me suis dit que ce serait chouette de me promener pieds nus dans la cathédrale, et que cela me donnait l’occasion.  J’ai donc adopté tout de suite un comportement qui n’aurait pas été normal dans un autre contexte ; je pense que tout pèlerinage propose cette possibilité.

 
    - J’ai dû me conformer à la vitesse de marche des autres, des inconnus.  Je faisais très clairement une activité collective, bien que je ne connaissais personne et sans doute ne partageais que peu des valeurs ou quoi que ce soit avec les autres.  J’étais obligé à constater leurs pas, leurs démarches, leurs fois ou espoirs ; je ne pouvais ni m’exprimer sur les autres comportements, ni passer à côté et “suivre mon chemin” car le chemin était partagé.


    - J’ai très vite perdu toute idée d’où j’étais sur la route.  Je pensais concevoir le trajet avant de commencer, mais en fait pas du tout.  Je ne pouvais pas ressortir du plan pour re-mesurer, pour refaire une estimation du temps nécessaire ; surtout, je ne pouvais pas faire ce que je fais dans beaucoup d’autre circonstances : le compte à rebours. “Il me reste 80%, je suis à la moitié, il me reste 25%...”  Je devais juste me laisser aller, continuer avec la foi que j’allais en ressortir, comme tout le monde, au bout du chemin.    

 

- L’acte de marcher, presque gênant au départ où on se sent sur scène, une marche théâtrale, sort en moins de 2 minutes complètement de ma tête ; je n’étais pas plus conscient du fait que je marchais que je ne le suis d’être assis quand je mange, par exemple.  Seulement, en marchant, j’utilise suffisamment de mon corps pour ne pas chercher autre chose à faire. J’ai donc trouvé même lors de cette expérience miniature un vide tout particulier dans la tête, que finalement je trouverais aussi bien au lit si je ne dormais pas, ou sur mon sofa si je n’avais pas d’ordinateur ni de livre...


Voilà.  Je me plais à imaginer que ces sentiments sont propres à n’importe quel pèlerinage, avec pleins d’autres

sans doute."

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by J F F - dans Témoignages
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 22:12

Il avait rêvé être l'homme au coquillage

 

 

 

 

h-20-2416114-1298540414Bruce Welden, un des héros de Manon Moreau dans Le vestibule des causes perdues, ne se contente pas de rôder du côté de la tour St Jacques. Il entre dans l'église du 252, rue Saint Jacques, à l'endroit où la Montagne Sainte Geneviève "marque le pas" et semble redescendre vers les anciens territoires de Montrouge...

 

"Il avait fini son pain au chocolat et sa liste lorsque les cloches de la petite église se mirent à sonner 10 heures. Etant donné ce qu'il s'apprêtait à entreprendre, rentrer un instant dans cette église ne pourrait pas faire de mal. Elle était vide. Juste une petite femme assise là devant, et une autre qui arrosait des plantes moches.


- Bonjour... Pardonnez-moi de vous déranger...


La femme ne se contentait pas d'arroser les plantes : elle les époussetait. Voilà bien une chose à laquelle Bruce n'aurait jamais pensé.


- La statue, là-bas, c'est bien l'apôtre, saint Jacques...

- Oui bien sûr. Vous êtes dans l'église Saint-Jacques-du-Hautpas, ici, monsieur.

- Saint-Jacques comme le pèlerinage ?

- Je dirais plutôt Saint-Jacques comme l'apôtre (le petit côté moralisateur des grenouilles de bénitier, ça le faisait fondre, Bruce Welden) mais oui, comme le pèlerinage, comme vous dites. Au Moyen-Âge, un hôpital accueillait les pèlerins. On en voit encore, parfois, qui passent.

- Pardon ?

- Des pèlerins... [...] Ils sont courageux, moi je vous le dis... Ce n'est pas la porte à côté, hein !

- Mais ils vont à Chartres, ces pèlerins ?

- Non, non. Ils vont là-bas, là où est l'apôtre. En Espagne. A Compostelle.

- Le chemin passe par ici ?

- Evidemment. Vous n'avez pas remarqué ? Vous êtes rue Saint Jacques, ici, monsieur. Vous n'êtes pas parisien, n'est-ce pas ?


Bruce était prêt à tout pour faire plaisir à cette femme.


- Non, c'est la première fois que je viens à Paris.

- J'avais deviné.


 

Bruce erra dans l'église, cherchant un autre signe, quelque chose. Il était dans un état second. La rue Saint-Jacques... Des années qu'il l'empruntait. Sa vie ces vingt dernières années... Classes prépa à Henri IV, Normal Sup rue d'Ulm, la Sorbonne et son retour quelques années plus tard comme professeur... Et il n'avait rien vu.


 

A moins que... A moins qu'une partie de son esprit ait vu, si, mais n'en ait rien dit jusqu'à hier.

Pourquoi hier ?

Parce qu'il fallait que quelque chose se passe. Question de vie ou de mort...

Alors tout aurait un sens ?

Non. Quand même pas.


gravure_st-jacques.jpg

 

 

 

Et puis ... Et puis cette image lui revint soudain, comme une décalcomanie bien fatiguée. Un homme qui marche, avec un bâton et un sac qui lui voûte le dos. La même allure que la statue de bois. Il pleut ce jour-là à Paris, l'eau rigole dans les caniveaux et dégringole de la rue Saint-Jacques. Les passants se pressent, les parapluies. Les phares de fin d'après-midi, le bruit des voitures et cet homme, indifférent à la ville. Absent à l'agitation des départs en vacances. 


Oui voilà. C'était un vendredi soir de vacances. Les vacances de Noël. L'homme marchait comme au désert, tout en lui austère et ailleurs. Sauf une fantaisie qui avait attiré l'œil de Bruce. Un coquillage rose, dansant sur son sac, au milieu du déluge parisien. Une folie dans ce décor. Bruce quittait la Sorbonne, attendait que le bonhomme passe au vert, sagement. Il avait suivi le marcheur du regard, l'avait pris pour un marginal, probablement, L'avait oublié.


 

 

[...] Bruce avait rêvé être l'homme au coquillage, qui marchait seul sous la pluie,

 

loin de tous."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by J F F - dans Création
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 08:38

Pèlerins Sourires

 

998041_610804972293619_61759157_n.jpg

Ph. Manuel

Manuel, dans les Asturies, tient l'Albergue Bodenaya et assure un accueil plus que chaleureux.

 

Chaque matin avant les adieux, l'hospitalier prend les photos de ceux qui ont séjourné chez lui, et les publie aussitôt dans un réseau social. A chaque fois les visages sont illuminés et les mines épanouies.

 

A croire que "faire" le chemin de Compostelle rende heureux ... L'exemple ci-dessus en est un parmi tant d'autres.

 

Le sourire du pèlerin n'est pas crispé (sauf en cas d'ampoules), ni béat (sauf en cas d'illumination), ni niais (sauf déficience mentale), encore moins narquois, ou mauvais. C'est un sourire tout simple, large, généreux, fraternel, c'est le sourire du bonheur.

 

Alors tu ne te demandes plus ce qu'est le sourire pèlerin, il n'y a plus de question. On dira plutôt :

 

Qu'est-ce qu'un pèlerin sourit !

Remerciements à Hubert et Manuel

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by J F F - dans Témoignages
commenter cet article

Présentation

  • : chemincompostelle
  • chemincompostelle
  • : tout ce que vous voulez savoir sur le chemin de Compostelle en général et la voie de Paris en particulier. Si la réponse n'est pas dans un article, posez des questions, on vous répondra. Bonne lecture !
  • Contact

MODE D'EMPLOI

Renseignements pratiques ci-dessous dans la même colonne.

 

Utilisez le moteur de recherche (Recherche ci-dessous) pour trouver rapidement réponse à vos questions.

 

Cheminez à votre guise d'un article à l'autre. Les premiers articles affichés sont les derniers publiés. Cliquez sur la bannière en haut pour revenir à l'article le plus récent.

 

Si c'est le Récit qui vous intéresse : en bas de chaque article du Récit le lien sur les derniers mots permet, d'un clic, de passer au jour suivant. Pour aller au premier jour du Récit, cliquer ici.

Un petit mot fait plaisir : laissez des commentaires (en bas de chaque article). C'est aussi un moyen d'avoir plus d'infos. 

 

Inscrivez-vous plus bas, même colonne, au suivi du blog-newsletter (gratuit et sans risque) ; vous serez informés automatiquement de la publication de chaque nouvel article.

Recherche

.

Informations pratiques

INFOS PRATIQUES VOIE DE PARIS

CREDENCIAL BIS  

Document obligatoire : 

 

Le crédencial 

PHOTOS A CLASSER encore plus 089 BIS  

Paris - Tours via Chartres :

Carte globale et belles étapes

 

images.jpg  

Trouver un logement pèlerin

Hébergements à Paris et alentours

 

ITINERAIRE EN ILE DE FRANCE 55 km

Tracés à télécharger

chateau-d-ecouen 

staticmap2-EXTRAIT.png

 

Châtenay en France

       -

Sarcelles

 

PHOTOS A CLASSER 2 105 BIS

staticmap2-extrait-sarc-st-denis.png

 

Sarcelles

       -

Saint Denis

 

 PHOTOS A CLASSER 2 093 TER   staticmap2-extrait-st-denis-paris-t-st-jacques.png

 

Saint-Denis

         -

Tour St Jacques à Paris

 

 PHOTOS A CLASSER 008 BIS staticmap2-extrait-de-paris-st-jacques-a-f-de-verrieres.png

 

Tour Saint Jacques

         -

Forêt de Verrières

 

 vie1 SOEURS SCE SITE DE L4ABBAYE staticmap2-extrait-de-f-de-verrieres-a-vauhallan.png

 

Forêt de Verrières

     -

Vauhallan

 

 

Trouver un sujet