30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:51

Récit          Laguna de Castilla   -  Cebreiro  -   Triacastela

                   23 km

 

COL-DE-SAN-ROQUE-BIS.jpg

Franchir le Cebreiro Photo J F F

 

Bienvenue ! La Galice, c'est la Bretagne de l'Espagne. Que tu sois Breton ou Galicien, ne te fâche pas, mais avoue que quand il n'y pleut plus, c'est qu'il n'y pleut pas encore ! Tout est vert comme en Irlande (rien contre les Irlandais non plus) et ce n'est pas le seul point commun. On y joue une sorte de biniou, par exemple. Pour le mauvais temps, les jours suivants prouveront le contraire...

 

Il faut d'abord franchir une montagne, le Cebreiro. Et aujourd'hui, le Cebreiro est noyé par le brouillard. Un brouillard comme en Ecosse - et de quatre - tellement humide et épais que je manque le village de pallozas, des masures au toit de paille de seigle. Par chance je tombe sur l'église.

 

Hier j'étais émerveillé par les étoiles de la nuit. Dans l'église je vois des étoiles à nouveau, au sol cette fois-ci. Elles s'allument et s'éteignent au fur et à mesure que j'avance. C'est à se demander si je suis vraiment réveillé. Le granite grossier a des facettes de mica qui scintillent en réfléchissant la lumière. 

 

Dans cette église, on raconte qu'à la fin du XIIIème siècle eut lieu un miracle  bizarre. Le pain et le vin servant à la messe se sont transformés en chair et en sang. Bien fait pour le moine qui manquait de conviction et méprisait un fidèle berger venant de très loin pour assister à l'office ! Quelques phénomènes étranges suivirent...passons.

 

DIGITALE-BIS.jpg

Fleurs de Galice Photo J F F

 

Pour changer un peu des mûres dont je me suis gavé ces derniers temps, je trouve des myrtilles et des fraises des bois dans la descente. De temps à autre, des digitales me saluent au passage...

 

-         Et merci pour la papote !

 

Je m'étais arrêté trois secondes pour échanger quelques mots avec une gentille dame un peu essoufflée, assise au bord du chemin. Venant de Tournai en Belgique elle fait partie de ces pèlerins organisés à petit sac. Sa fille la dépose en auto le matin là où elle s'est arrêtée la veille, et vient la chercher le soir là où elle se trouve. Nuits dans les campings des environs. Chacun fait selon ses possibilités. J'ai appris qu'il n'y a pas de vrais pèlerins, ni de faux (enfin, presque pas).

 

A Fonfria, presque en bas de la montagne, où la pluie a cessé, je fais la connaissance de Frédéric, de Chicoutimi, parti de Bordeaux. Comme il a plus de 700 km dans les jambes, il est beaucoup plus naturel que ses compatriotes à la mise impeccable de premier jour que j'ai croisés dans les Pyrénées. D'un mot à l'autre, d'une phrase à la suivante, nous engageons une conversation qui va durer tout le reste de la journée. Et de la conversation, il en a. Si j'ai bien compris, il a fait des études scientifiques mâtinées de littérature et de psychologie, il a une personnalité hors pair, une très bonne culture et une intelligence vive. Dans ces conditions, j'oublie vite mon souhait de rester solitaire, on verra bien demain.

 

Les livres, les pays, les plantes, l'histoire, les idées, la vie qu'on mène, nous n'arrêtons pas de jaser... Habilement Frédéric me fait comprendre qu'il a bien saisi la nature de son interlocuteur et balance sans avertir que je suis perfectionniste et rêveur à la fois comme si c'était possible. C'est possible ? Oui, c'est possible. 

 

Nous ralentissons un peu au niveau de l'énorme châtaignier noueux de 800 ans... déjà un très bel arbre au temps des cathédrales. Depuis, il a dû en voir passer des pèlerins, et de toutes sortes ! A côté, un vieillard du même âge vend des bourdons qu'il taille et cisèle inlassablement ...

 

A Triacastela, dîner à trois en compagnie de Constantin, un des potes de Frédéric. Ce Hongrois, deux années de moins, est arrivé aux frontières de l'Espagne à bord d'un des camions de son père...

 

-         Tu te rappelle la cuite que nous avons prise, à Leon ?

-         Ah oui, répond Frédéric, on a passé une sacrée nuit !

 

C'était le soir de mon étrange mésaventure dans la même ville. Les buveurs ne sont pas toujours ponctuels : revenus trop tard au refuge des Bénédictines, ils trouvèrent porte close !  Constantin a dû dormir par terre dans la nuit froide. Frédéric a eu plus de chance : les portières d'une voiture garée trois rues plus loin n'étaient pas verrouillées...

 

Les choses n'ont guère changé depuis l'époque où le picard Guillaume Manier fit un pèlerinage plein de belles découvertes et de péripéties... profanes.

 

Marie-Claude, qui a déjà marché avec moi dans les Landes, m'appelle au téléphone. Elle confirme son arrivée prochaine, en compagnie de Chantal. Nous parcourrons ensemble les 80 derniers kilomètres.

 

Triacastela en ce mois d'août est tellement envahie de pèlerins que la ville a ouvert son gymnase. Il y a bien cent, deux cents personnes, des pèlerins seuls, ou à deux ou trois, de tous âges et un grand nombre de moins de 20 ans, en groupes. Douches sportives et froides. Chacun s'installe où il veut dans une cacophonie bon enfant.

 

TRIACASTEL-1-GYMNASE-BIS.jpg

Vue des tribunes Photo J F F

 

En Espagne, les soirées durent longtemps. Premier essai d'extinction des néons, mais tout le monde n'est pas prêt. Les bavardages diminuent. Certains se sont endormis.

 

Quand la lumière s'éteint définitivement, c'est l'hilarité générale : les respirations bruyantes de quelques dormeurs épuisés enflent, s'élèvent de toute leur puissance sous les voûtes du gymnase, et redescendent sur la foule de deux cents personnes qui veulent trouver le sommeil,

 

   en un énorme concert de ronflements  !

Partager cet article

Repost 0
Published by J - dans Récit
commenter cet article

commentaires

Anne 10/01/2012 20:18

"Chacun fait selon ses possibilités" : je ne me suis pas trompée : tu es respectueux et tolérant et je vois que d' autres te trouvent aussi de belles qualités !!! Heureux homme !!!
Impressionnant le dortoir. Je ne porte jamais de boules Quiès, la nuit (ni le jour d' ailleurs) préférant écouter les rumeurs du monde, mais là...
Fonfria, un bel accueil, un repas partagé tous ensemble. Pourtant avec une telle pluie, un tel brouillard depuis O Cebreiro et cette rue/chemin toute crottée, cela ne semblait pas très engageant au
départ ! Mais venant de Villafranca del Bierzo, l' étape était suffisante.
25 personnes seulement habitent le village m' a expliqué l' hospitalera ; les pèlerins sont souvent à être plus nombreux ! Une autre des qualités du chemin : il refait vivre les villages galiciens
!
Anne
De trop nombreux commentaires de ma part, il me semble ! Mais je pars bientôt. Après, bien sûr, une rechute est toujours plausible (LOL)

J F F 10/01/2012 21:35



... Il fait revivre les villages galiciens ... et les autres aussi. Répètons-le : sauvegarde du patrimoine et balisage vont de pair et sont complémentaires.


Tes commentaires et tes souvenirs sont toujours bienvenus, a fortiori quand ils commencent par un compliment !  


Avant que j'oublie : Bon Voyage ! Et reviens - nous en forme !



danielle LOPEZ 01/11/2010 22:53


J'aime bien"perfectionniste de rève" ! c'est plus parlant !!!
bonne soirée à toi aussi JFF


J 08/11/2010 11:22



Alors, comme ça, on veut partir ? 


Je plaisante, je me réjouis et je te souhaite en toute sincérité de réussir pleinement cette entreprise qui est à la portée de tous, moyennant un tout petit peu de préparation. Sachant que de
toute façon on n'est jamais complètement prêt. Il y en a qui partent sans aucune préparation, et qui arrivent quand même.


Ta question FB porte sur "par où passer", mais le départ d'abord. Sais-tu que par tradition, ce n'est pas mal de partir de chez soi, tout simplement ? (je te dis ça parce que je regrette de
n'avoir pas fait ainsi, mais le chemin peut ne pas se faire qu'une fois !).


De Tours, on se dirige vers Poitiers, puis descente via Melle, Bordeaux, les Landes ensuite tu choisis entre le Camino Francès et le camino du Nord de l'Espagne le long de la côte.


Tu partirais de la région parisienne comme une autre Danielle avec qui j'ai discuté hier, je t'offrirais même de nous rencontrer (Autre Danielle si tu me lis n'hésite pas).


Je peux te procurer le nom et l'adresse de l'association jacquaire près de ton lieu de départ, et ils te renseigneront à tous points de vue (cartes, guides) et te fourniront la crédanciale, qui
est le passeport du pèlerin te permettant de séjourner dans les refuges pèlerins. Chaque lieu de nuitée tamponne ce passeport et c'est sympa de regarder nostalgiquement par où on est passé...


Envoie-moi un message par le lien "contact" tout en bas de la page de ce blog, et je te donnerai nom, adresse et coordonnées de cette association.


Profite de ton message pour me poser d'autres questions si tu en as, ce qui ne m'étonnerait pas.


Amitiés jacquaires,


Bonne journée !


J F



danielle LOPEZ 30/10/2010 13:02


merci JFF pour ce ce témoignage où se mêlent humour, soucis du détail, poésie et un ..."zeste"d'ironie...gentille !!!
Frédéric a raison tu es un perfectionniste doublé d'un rêveur !!
Amités


J 01/11/2010 22:42



Qualités ou défauts ?


La réponse : être un perfectionniste de rêve ou un rêveur parfait  !   La tâche est immense ! 


Merci pour tes appréciations qui me vont droit au coeur.


Bonne soirée, Danielle !



Présentation

  • : chemincompostelle
  • : tout ce que vous voulez savoir sur le chemin de Compostelle en général et la voie de Paris en particulier. Si la réponse n'est pas dans un article, posez des questions, on vous répondra. Bonne lecture !
  • Contact

MODE D'EMPLOI

Renseignements pratiques ci-dessous dans la même colonne.

 

Utilisez le moteur de recherche (Recherche ci-dessous) pour trouver rapidement réponse à vos questions.

 

Cheminez à votre guise d'un article à l'autre. Les premiers articles affichés sont les derniers publiés. Cliquez sur la bannière en haut pour revenir à l'article le plus récent.

 

Si c'est le Récit qui vous intéresse : en bas de chaque article du Récit le lien sur les derniers mots permet, d'un clic, de passer au jour suivant. Pour aller au premier jour du Récit, cliquer ici.

Un petit mot fait plaisir : laissez des commentaires (en bas de chaque article). C'est aussi un moyen d'avoir plus d'infos. 

 

Inscrivez-vous plus bas, même colonne, au suivi du blog-newsletter (gratuit et sans risque) ; vous serez informés automatiquement de la publication de chaque nouvel article.

Recherche

.

Informations pratiques

INFOS PRATIQUES VOIE DE PARIS

CREDENCIAL BIS  

Document obligatoire : 

 

Le crédencial 

PHOTOS A CLASSER encore plus 089 BIS  

Paris - Tours via Chartres :

Carte globale et belles étapes

 

images.jpg  

Trouver un logement pèlerin

Hébergements à Paris et alentours

 

ITINERAIRE EN ILE DE FRANCE 55 km

Tracés à télécharger

chateau-d-ecouen 

staticmap2-EXTRAIT.png

 

Châtenay en France

       -

Sarcelles

 

PHOTOS A CLASSER 2 105 BIS

staticmap2-extrait-sarc-st-denis.png

 

Sarcelles

       -

Saint Denis

 

 PHOTOS A CLASSER 2 093 TER   staticmap2-extrait-st-denis-paris-t-st-jacques.png

 

Saint-Denis

         -

Tour St Jacques à Paris

 

 PHOTOS A CLASSER 008 BIS staticmap2-extrait-de-paris-st-jacques-a-f-de-verrieres.png

 

Tour Saint Jacques

         -

Forêt de Verrières

 

 vie1 SOEURS SCE SITE DE L4ABBAYE staticmap2-extrait-de-f-de-verrieres-a-vauhallan.png

 

Forêt de Verrières

     -

Vauhallan