13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 19:49

Et les chiens sont partis

 

2004_0111VezelayAsterix0003---BIS-.JPG

Rénovation tout au bord du chemin Ph J F F

Parfois on observe des débats là où ils n'ont pas lieu d'être.

 

Les associations jacquaires militent pour améliorer le sort des pèlerins et la notoriété du chemin. Certaines créent des refuges, d'autres des centres d'accueil et de renseignements. Nombreuses sont celles qui réussissent à obtenir que le sol de leurs localités soit jalonné de marques en bronze sous forme de coquilles ou autres. A côté de cela des passionnés travaillent à juste titre pour que le patrimoine bâti soit restauré. Fort bien, cela est nécessaire.

 

D'autres, solitairement, s'évertuent à penser qu'il vaut mieux privilégier la restauration des monuments plutôt que de travailler au balisage. Pourquoi ? Serait-ce au nom du seul souvenir ? Le pèlerin d'aujourd'hui et celui de demain ne valent-ils pas autant, sinon plus, que celui d'hier ? Je te rappelle que le marcheur d'antan n'est plus là pour souhaiter quoi que ce soit...

 

C'est surtout une erreur de croire que restauration et fréquentation des chemins seraient antinomiques : la mise en valeur du chemin attire l'attention sur le patrimoine et aide à le sauver. Inversement la restauration des églises, des chapelles et de tout patrimoine bâti met en valeur le chemin et invite davantage de marcheurs au long cours à prendre leur sac.

 

Les vétérans du Chemin de Compostelle se souviennent forcément de Foncebadon, en Espagne, un groupe de maisons délabrées et sinistres, hanté par des chiens faméliques et hargneux. Ils traversaient le hameau-fantôme la peur au ventre comme dans un mauvais film d'épouvante. Grâce au balisage et au chemin, Foncebadon revit. Travaux, chapelle remise debout, le Chemin de Compostelle en fait une étape qui s'éveille. Et les chiens sont partis.

 

Pourquoi limiter nos horizons ? Le pays, la région, la ville sont riches, le chemin le mérite : joie ET sourire, musique ET danse, silence ET méditation,

patrimoine ET balisage.

 

Devinette : Que représente la photo ? Où a-t-elle été prise ? Près de quel chemin de Compostelle ? Mets ta réponse dans les commentaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by J F F - dans Fond
commenter cet article

commentaires

Hub 28/01/2013 21:59

J'ai hâte que tu m'expliques... :p

Oui, ça fait plaisir de lire ce message. Ainsi, ça permet à ceux qui veulent vivre leur chemin, dans un esprit de pèlerinage, de rencontres, de fraternité, de partage, de dépouillement... de
pouvoir le faire.
En plus, j'ai vu qu'ils balisent des variantes qui, finalement, ont plus de sens jacqauaire car elles passent par de hauts lieux historiques du Pèlerinage.

Cela me rappelle les nouvelles d'une amie qui, à l'automne, a emprunté une voie peu connue, reliant Conques à Toulouse. Elle me disait que le chemin était très beau et qu'il passait par de nombreux
hauts-lieux qui ont marqué le pèlerinage de Compostelle, au Moyen-Age. Tout ça pour dire que ce n'est pas forcément le chemin le plus fréquenté qui est le plus proche des tracés de l'époque. Et
puis, comme nous le dit si bien David Le Breton: "Ce qui importe ce n'est pas le chemin mais ce que le marcheur en fait."

Bien à vous!!!
Hub

ps: si vous voulez une meilleure version du lien de mon commentaire précédent: http://www.webcompostella.com/Pourquoi-une-initiative-pour-un-chemin-de-liberte-et-de-partage_a716.html

Hub 27/01/2013 18:32

Question vraiment d'actualité!!!

http://m.webcompostella.com/Pourquoi-une-initiative-pour-un-chemin-de-liberte-et-de-partage_a716.html

J F F 28/01/2013 00:26



Merci Hubert d'attirer notre attention sur cet article et cette saine réaction. Tout n'est jamais perdu, enfin ce n'est pas moi qui vais te donner de leçons d'optimisme. De ce point de vue, tu es
un géant ! Je t'expliquerai un jour pourquoi, en publiant ce petit commentaire, tu me rends un fier service... 


Merci !



Hub 21/01/2013 23:06

Après avoir fouillé l'Yonne, j'en ai trouvé qui lui ressemblaient dans la Nièvre, le Cher et l'Indre sont quant à eux, tout de bois... J'opterais donc pour la Bourgogne mais n'ai point trouvé ton
lavoir... même en Côte d'Or...

J F F 21/01/2013 23:44



Bravo Hubert !    C'est bien en Bourgogne, et dans la Nièvre, plus précisément.


Ce lavoir est tout au bord du chemin qui mène à Compostelle (branche nord via Bourges).


Palmarès :


Hubert : 2 points


Marie : 1 point


                   On les applaudit bien fort.


Vous avez tous gagné le droit de voir ce lavoir une fois restauré, avec son adresse exacte tout récemment retrouvée. 


Promesse de pèlerin de Compostelle, ce sera dans un prochain article...    Inscrivez-vous à la newsletter si
ce n'est déjà fait vous serez sûr de le voir.   Merci à tous d'avoir participé activement ! A bientôt !



Danielle Lopez 21/01/2013 17:11

ou alors sur la via Podiensis , le Puy-en-Velay etc ...

Sinon je ne sais plus !!!!

J F F 21/01/2013 22:29



Non non, Marie a raison, c'est bien le Chemin de Vézelay. Mais dans quelle Région ? (facile)



Danielle Lopez 21/01/2013 14:06

Oups, c'est parti, je voulais cliquer sur fermer et j'ai cliqué à côté , hihihihihihi , comme d'hab !!!
Je fais des recherches ....Hub'tu nous a bien laissées tomber , Anne où es-tu ? Si ça se trouve Marie a raison !
Je cherche

J F F 21/01/2013 22:27



Les doigts ont dérapé... un effet de la neige ? Hihihi ! Si ça se trouve, mais si ça ne se trouve pas, on sera bien embêtés



Danielle Lopez 21/01/2013 14:01

Ce n'est pas la voie de P

J F F 21/01/2013 22:25



La Voie de quoi ?



marie 21/01/2013 12:02

si ce n'est pas la Voie Turonensis, alors je déclare forfait. La région parisienne (meme à 200 km) ce n'est pas mon lieu de villégiature (pedestre ou autre) préféré.
Une derniere question toutefois : ne serait-ce pas sur la voie de Vezelay ?

J F F 21/01/2013 22:25



Mais oui, Marie ! Bravo ! Tu es notre gagnante numéro 2 ! Ce Chemin de Vézelay, via Lemovicensis, magnifique parcours preque aussi beau que la Voie de Paris !     Reste à
savoir où précisément. Et là ça se corse... c'est un tout petit village... Quelle région de France au moins ?



Hub 20/01/2013 23:33

Mesdames je vous laisse la suite....

http://www.lavoirs.org/

J'ai déjà fait l'Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, l'Indre-et-Loir, le Loiret, la Vienne... en vain.

J F F 21/01/2013 22:22



Bravo Hub' belle élégance, on peut choisir entre www.lavoirs.org et www.letre.com Entre l'avoir et l'être mon coeur balance, et il ne devrait pas hésiter une seconde. Hahahaha !


Voyons qui va trouver...



Hub 20/01/2013 23:11

J'ai un avantage... je ne suis pas encore couché :D

Je me risque, même si je ne connais pas du tout ce chemin...
J'opte pour ta voie préférée: Turonensis.

Environ 200km de Paris? Bords de Loire? Blois?

J F F 20/01/2013 23:20



Ce n'est pas à Blois, ce n'est pas au bord de la Loire, ce n'est pas la Voie de Paris (via turonensis) Héhéhéhéhé !


(Au moment où se fait cette réponse, 4 autres voyageurs sont sur chemincompostelle.over-blog.com, donc pas encore couchés. La terre étant ronde, peut-être que certains viennent à peine de se
lever !)



Hub 20/01/2013 17:58

C'est un lavoir, sur le bord d'un chemin... près de Paris?

J F F 20/01/2013 23:00



Un lavoir, ouiiiii ! Bravo Hubert ! On dirait que mon dernier indice a été un sacré coup de pouce ! Près de Paris, on ne peut pas dire, quand il y a environ 200 km qui les séparent... Mais...
j'en dis trop, moi ! Alors, qui a une idée ? Mesdames ?   Tentez votre chance ! Qui gagnera les deux points
restants ? Hubert ou l'une ou l'autre d'entre vous ? Ou un autre lecteur peut-être ?



marie 19/01/2013 13:01

ton "bidule" je le verrais bien sur le Causse de Limogne. Je me rappelle d'une maison en ruine au milieu d'un bois et qui ressemblait assez à cela. Mais ça ne peut pas être la meme, celle dont je
parle etait vraiment trop isolée, donc quel intéret de la restaurer. A part pour en faire un gite pèlerin style celui de Thomas le Templier à Manjarin

J F F 19/01/2013 22:47



Pas Limogne, désolé, c'est beaucoup plus au nord, disons dans la moitié septentrionale de l'Hexagone... Ne dites pas que je ne vous aide pas      ! Ce n'est pas une maison, c'est une petite construction utilitaire... qui n'est plus utile de nos jours. Ca c'est de
l'indice !



cheminmadrid2011 16/01/2013 21:34

Bonsoir à toutes et à tous,

Un grand débat se présente aujourd'hui dans le milieu jacquaire avec l'ampleur que prend le nombre des pèlerins (ou marcheurs) que l'on peut trouver sur ses chemins.

Du fait de l'attrait qu'il a aujourd'hui, on aménage de mieux en mieux ses abords pour que le chemin puisse accueillir le plus de personnes possible. Perd-il ainsi de son caractère jacquaire et
pèlerin? Cela est il le résultat des services qui sont offerts ou des démarches de ceux qui le fréquentent?
Il doit surement y avoir un peu des deux...

Le problème vient peut être du fait que beaucoup de gens vont aujourd'hui à Saint-Jacques parce que c'est un beau chemin de randonnée, bien balisé, avec de beaux gîtes au grand confort... mais on
est loin de la démarche pèlerine.

D'ailleurs c'est intéressant de revoir la définition du pèlerinage: Un pèlerinage est un voyage effectué par un croyant vers un lieu de dévotion, vers un endroit tenu pour sacré selon sa
religion.
Selon les origines étymologiques le pèlerin est l'expatrié, celui qui est étranger aux yeux des hommes...

Fin bon, je ne vais pas développer... j'attends que Jean François nous fasse un article dessus. hahaha


Sinon pour la démarche, je suis plutôt d'accord avec Marie. Mes meilleurs instants passés sur le camino ont été vécus sur des tout petits chemins connus de personne et où je pouvais expérimenter
pleinement la générosité offerte par le chemin au pèlerin.

J F F 18/01/2013 20:40



Mais dis-donc, tu nous épates encore avec ta définition du pèlerinage ! (Que j'avais oubliée je l'avoue). On y voit les mots dévotion et sacré...    Je n'avais retenu que
l'étymologie : "per ager" aurait fait "pérégrinus", celui qui passe, qui traverse les champs.  Tu es sûr qu'il n'y a pas eu récupération ? (ceci est une taquinerie de ma part LOL)


Qu'importe, on est bien d'accord sur le fait qu'authenticité et simplicité vont de pair avec solitude et tranquillité.


Alors cette énigme ? Pas inspiré ?     



marie 15/01/2013 20:27

en réponse à ta question, JFF, ben... je n'ai pas de réponse !. Je suis la premiere à penser que le balisage est important (rien de pire que de se coltiner quelques km de trop pour cause de
balisage inexistant ou... détourné, particulièrement après 25 ou 30 km !). Ce qui me gêne, c'est de constater que le marquage est l'exclusivité (??) de la FFRP et que d'une année sur l'autre, le
chemin peut varier en fonction des gites qui s'ouvrent (j'ai expérimenté...)
C'est justement pour cette raison que j'ai très largement préféré la Voie Turonensis : n'etant pas encore le "chemin à la mode", il arrive aussi que l'on se perde mais, par contre, les riverains ne
sont pas encore blasés par des hordes de touristo-pelerins déferlant dès le printemps et cela génère des contacts particulièrement riches. Pour ma part, je garde un souvenir merveilleux de
personnes rencontrées sur ce chemin et pour en parler (ainsi que ce que j'en ai retiré), un "simple" commentaire ne pourrait suffire. Richesse qui n'existe pas, ou plus beaucoup, sur la voie du Puy
en Velay

J F F 18/01/2013 20:32



Entièrement d'accord avec ta préférence pour la Voie de Paris (via turonensis). Simplicité, rencontres, tranquillité et paysages grandioses (si si) sans parler des monuments classiques,
gothiques, romans, gallo-romains, préhistoriques. On sent la pèlerine qui brûle de parler de son chemin, comme nous tous !


Pour ce qui est du chemin, parfois la FFR a bien fait son travail, parfois elle a travaillé pour les promeneurs, il faut donc savoir s'en affranchir et c'est possible grâce aux indications des
associations qui bossent sur le terrain. Je parle du même chemin, pas d'autres voies...   


Alors cette énigme, trouvée ou pas trouvée ?



Anne 14/01/2013 21:39

Jean-François,
Je n' avais pas vu la devinette...
Hihihi, je n' en sais rien, moi, où tu as pu voir cette ruine !
Si ce n' est que l' on dirait les piliers en granit d' un horreo. Alors, peut-on imaginer qu' un propriétaire les a transplantés auprès d' une ruine qu' il veut sauver (ben oui, parce que le reste
ne ressemble pas à un horreo)et qu' il va s' en servir pour soutenir une grande baie vitrée ?
Où cela peut-il bien être ? La Galice ? Les Asturies ? Dis, toi !
Pour le reste, je ne polémique pas, tu le sais.
Je n' ai pas peur des chiens, j' aime être confrontée à notre impermanence au monde, j' aime la solitude
et surtout, surtout, j' aime les chemins aussi perfectibles soient-ils et malgré toutes leurs imperfections.
Anne

J F F 18/01/2013 20:24



J'aime bien l'idée de chemins qu'on aime qu'ils soient parfaits ou non...


Ni granit (on est en pays calcaire), ni horreo.  Et il s'agit bien d'un bâtiment avec une fonction déterminée et ce ne sont pas des piliers transplantés. (Mais où vas-tu chercher tout ça ?
Tu as de l'imagination, toi !) Note que ce qui est remarquable c'est que ce sont des piliers d'un seul tenant, alors qu'on aurait pu en faire d'autres moins coûteux.


Alors un indice de plus : c'est en France ! Mais où ?


Quant aux chiens, tu as de la chance de n'en pas avoir peur... Si je n'ai pas de bâton, c'est panique à bord !   Alors, cette devinette ?



Danielle Lopez 14/01/2013 20:06

je ne sais pas où se trouve cette superbe ruine je trouve d'ailleurs l'architecture (où ce qu'il en reste )trés jolie !!

J F F 18/01/2013 19:33



Et bien voilà quelqu'un qui s'intéresse à l'énigme ! Il y a un indice et je vais être plus précis. C'est un indice au moment de l'affichage !    Et ce n'est pas la peine de faire
cette tête :   LOL



Geneviève 14/01/2013 19:43

Je réponds au commentaire de Marie. Moi qui, pour l'instant, n'ai pas fait le moindre pas sur le chemin, ce serait décourageant d'avoir un chemin non balisé ou mal. Ce serait triste aussi que les
villages soient abandonnés.
je comprends ce que vous voulez dire bien sûr... C'est un peu comme ces peuples isolés qui sont détruits ou presque par le développement du tourisme alors que cette ouverture au tourisme est en
même temps la seule solution pour s'en sortir économiquement... Vaste problème !

J F F 18/01/2013 19:31



Surtout, Geneviève, que nos remarques ne te dissuadent pas de partir ! Je t'assure que même sur les tronçons les plus fréquentés tu trouveras de longs instants de silence, de communication avec
la nature ou avec toi-même et plus éventuellement. Car la terre est grande, les cailloux sont nombreux et l'air est infini ou presque... Et il y a les effets bénéfiques de la marche au long
cours, de l'effort sur une longue distance, du contact avec le sol, de la danse répétitive des jambes qui se relaient, etc.


Le sujet de l'article était sur une polémique sauvegarde du patrimoine - balisage, polémique qui n'a pas lieu d'être, puisque personne ne semble douter qu'il faille les deux. Et je m'en réjouis.
En revanche, commercialisation et hyper fréquentation ou non, voilà un sujet qui anime ! Tant mieux !


Et mon énigme ? Quelqu'un reviendra-t-il sur mon énigme ?



Danielle Lopez 14/01/2013 19:02

Nous ne sommes plus au Moyen Age ! (heureusement)
je trouve bien que le chemin soit bien balisé, les monuments , les églises , les chapelles restaurées . J'aime bien aussi ne pas avoir peur de me faire attaquer par des chiens faméliques et
hargneux (grrrr , hihihihi).
Bien sûr il y a pas mal de "guéguerres" , mais finalement tout le monde oeuvre pour le bien du Chemin et des Pèlerins ! Tu le dis trés joliment JF (c'est là que tu rougis !)le Chemin mérite joie et
sourire , musique , danse
.............et je dirais :" Les pèlerins aussi" ! Merci pour ce bel article , parrain !! Bises

J F F 14/01/2013 19:45



   Gagné ! Merci pour ton gentil commentaire.  Parfois le Chemin, c'est tout : la sente ou voie
charretière, ceux qui la parcourent, ceux qui hébergent... ceux qu'on y rencontre...


Alors, pas la moindre idée de là où la photo a pu avoir été prise ? Jeu ET persévérance...



marie 14/01/2013 08:14

Il y a aussi l'effet pervers, hélas, de ces restaurations historiques et/ou du balisage : le Chemin de Compostelle devient de plus en plus une autoroute. Et une autoroute commerciale en prime, sur
laquelle "l'esprit du Chemin" se perd au profit du "tourisme de masse". Loin de moi l'idée de vouloir faire une classification, par définition arbitraire, entre les marcheurs mais de là à
transformer le Chemin en ClubMed...
Pour ma part, j'ai largement préféré Foncebadon en 2009 quand il n'y avait encore rien ou pas grand chose, plutot qu'en 2011 (et les chiens ne m'ont jamais ni menacée ni fait peur !)

J F F 14/01/2013 19:35



Merci Marie pour ton commentaire. En réalité je parle des vétérans, pas des gamins comme nous ! Les vétérans, ce sont ceux qui ont "fait" le chemin dans les années 90, voire 2000. En 2009 ce
village s'était déjà réveillé...


Ton premier paragraphe m'interpelle car c'est exactement un de mes sujets de préoccupation : Comment valoriser un chemin de Compostelle sans risquer de le voir commerciallisé à outrance ? Et où
situer l'outrance ? Qu'on gagne sa vie en publiant des guides ne me choque pas. Qu'on vive honnêtement (déjà une notion relative, l'honnêteté) en hébergeant des pèlerins, ça va. Pour le reste il
y a questionnement... mais j'ai peut-être tort. Si tu peux m'éclairer, je suis preneur.  


Heureusement la Voie de Paris et quelques autres ne sont pas des autoroutes commerciales, tu seras bien d'accord avec moi, n'est-ce pas ?   



Geneviève 14/01/2013 06:54

Je ne connais pas l'endroit, n'ayant jamais fait le chemin...
Cet article sur "le chemin, aujourd'hui..." est très très intéressant

J F F 14/01/2013 19:29



Merci Geneviève ! Et moi qui croyais que cet article n'intéresserait personne ! Ah les préjugés ! Personne ne trouve pour l'instant. Cependant il y a un indice pour qui a l'oeil rapide... Merci
pour ton passage et ce commentaire, et reviens voir ...



Présentation

  • : chemincompostelle
  • : tout ce que vous voulez savoir sur le chemin de Compostelle en général et la voie de Paris en particulier. Si la réponse n'est pas dans un article, posez des questions, on vous répondra. Bonne lecture !
  • Contact

MODE D'EMPLOI

Renseignements pratiques ci-dessous dans la même colonne.

 

Utilisez le moteur de recherche (Recherche ci-dessous) pour trouver rapidement réponse à vos questions.

 

Cheminez à votre guise d'un article à l'autre. Les premiers articles affichés sont les derniers publiés. Cliquez sur la bannière en haut pour revenir à l'article le plus récent.

 

Si c'est le Récit qui vous intéresse : en bas de chaque article du Récit le lien sur les derniers mots permet, d'un clic, de passer au jour suivant. Pour aller au premier jour du Récit, cliquer ici.

Un petit mot fait plaisir : laissez des commentaires (en bas de chaque article). C'est aussi un moyen d'avoir plus d'infos. 

 

Inscrivez-vous plus bas, même colonne, au suivi du blog-newsletter (gratuit et sans risque) ; vous serez informés automatiquement de la publication de chaque nouvel article.

Recherche

.

Informations pratiques

INFOS PRATIQUES VOIE DE PARIS

CREDENCIAL BIS  

Document obligatoire : 

 

Le crédencial 

PHOTOS A CLASSER encore plus 089 BIS  

Paris - Tours via Chartres :

Carte globale et belles étapes

 

images.jpg  

Trouver un logement pèlerin

Hébergements à Paris et alentours

 

ITINERAIRE EN ILE DE FRANCE 55 km

Tracés à télécharger

chateau-d-ecouen 

staticmap2-EXTRAIT.png

 

Châtenay en France

       -

Sarcelles

 

PHOTOS A CLASSER 2 105 BIS

staticmap2-extrait-sarc-st-denis.png

 

Sarcelles

       -

Saint Denis

 

 PHOTOS A CLASSER 2 093 TER   staticmap2-extrait-st-denis-paris-t-st-jacques.png

 

Saint-Denis

         -

Tour St Jacques à Paris

 

 PHOTOS A CLASSER 008 BIS staticmap2-extrait-de-paris-st-jacques-a-f-de-verrieres.png

 

Tour Saint Jacques

         -

Forêt de Verrières

 

 vie1 SOEURS SCE SITE DE L4ABBAYE staticmap2-extrait-de-f-de-verrieres-a-vauhallan.png

 

Forêt de Verrières

     -

Vauhallan