16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:39

Récit  Astorga – Rabanal del Camino  -  El Acebo

            38 km

 

Ce que je dois déposer à la Cruz de Ferro c'est le caillou lisse gris, bleu et blanc, chargé d'inscriptions, que je garde au fond de mon sac. Mais nous n'y sommes pas encore.

 

Le repos pris hier me donne des ailes. Dans la longue montée vers le sommet qui sépare Astorga de la vallée du Bierzo je rattrape des pèlerins. Avant Rabanal del Camino l'un d'entre eux, un Espagnol, m'offre en passant la phrase de sagesse du jour, à propos de son séjour en France :

 

- Il y a toujours des cons partout, mais si on est sociable on finit par trouver des gens bien.

 

RABANAL-DEL-CAMINO-1-----BIS.jpg

Regarder passer le pèlerin Photo J F F

 

La Croix de Fer, à la pointe de son pieu de 5 mètres, est à un col où la montagne fait le dos rond. Un distrait passerait à côté d'elle sans la voir s'il elle n'était pas plantée dans un tumulus de pierres de toutes tailles avec des sentiers qui serpentent pour monter vers le poteau de bois.

 

Ce n'est pas d'aujourd'hui que les marcheurs empilent des cairns au bord de leurs chemins. Ici la tradition veut que le pèlerin dépose un caillou qu'il a emporté de chez lui. De quoi la pierre est-elle chargée ? Du mal qui l'a fait partir ? Du vœu secret qu'il va confier plus tard à St Jacques ? Les guides ont des versions diverses. Ceux qui ont oublié leur pierre, ou qui ont appris cette tradition en chemin déposent un objet, un foulard, des chaussures...

 

Mon caillou vient d'un peu de terre à côté de ma maison. Je l'ai nettoyé et je l'ai partagé avec chaque membre de ma famille. A chacun j'ai proposé d'inscrire des mots ou une phrase. On a de grandes peines et de grands désirs quand on a 16 ou 20 ans ! Mon épouse a ajouté son inscription et moi la mienne. C'est beaucoup plus que cinq cents grammes de minéral bleui par l'encre que je dépose.

 

 

 
Adieu caillou Photos J F F

 

-         A picture ? Sure !

 

Deux cyclistes acceptent de me prendre en photo. Ils s'en vont. Plus personne alentour. Prenant tout mon temps, ma tâche accomplie, je crois bien que je suis resté là des heures. A écouter le silence, à examiner l'endroit, à attendre, au cas où il se passerait quelque chose.

 

CX-DE-F-15--GRAFFITI-CHAPELLE-BIS.jpg

Langues croisées Photo J F F

 

Les graffitis couvrent les murs de la chapelle voisine, les sapins sombres côté nord de cette clairière cachent les oiseaux, la route goudronnée paraît vide, inutile, comme peuvent l'être les routes forestières, désertes pendant toutes les heures du jour.

 

Déposer un caillou au pied d'une croix. Jamais fait auparavant. Je pensais prier avec les pieds.

Prier avec la main ?

 

En redescendant des Monts de Leon, en pente douce d'abord, puis plus raide ensuite, comme nourri par la solitude et le silence, les pensées se succèdent.

 

Tout naturellement me vient à l'esprit une phrase que je n'ai jamais écrite : "Ce que vous faites à votre prochain, c'est à moi que vous le faites". Ou en substance. Si mon prochain, c'est moi, qui est moi ? S'agit-il de lui, de moi ou d'un autre ? La bienfaisance touche beaucoup plus que celui à qui elle s'adresse.

 

Faire le bien, c'est apporter un plus à l'ensemble de l'univers, à l'instar de l'effet papillon, qui, d'un battement d'aile arrive à changer la planète. Celui qui aura été rendu heureux par un geste de générosité donnera à son tour du temps, de l'attention ou quelque chose à son voisin, qui fera plaisir à sa fiancée, laquelle à son tour aidera son petit frère, et ainsi de suite... L'humanité est une chaîne qui doit devenir solidaire.

 

A Monjarin, le chemin longe des dizaines de maisons sinistres dont il ne reste que le bas des murs. L'entrée du refuge ne me dit rien qui vaille. Tout y a l'air de bric et de broc. Et j'aimerais bien prendre une douche ce soir.

 

Faire le bien, reprends-je, (on ne va pas s'occuper du mal) c'est aussi se faire du bien à soi. Une sensation très agréable, un mélange d'estime de soi, de sérénité, une sensation comme un déploiement, comme un corps qui se lève, une poitrine qui respire plus profondément, une feuille du printemps qui s'ouvre. Sans prétention, mais en appréciant la moindre raison de profiter de cet instant. Alors "moi", c'est moi  ?

 

Et si c'était une référence à la part divine de l'homme ? L'auteur de la phrase avait raison : quand tu fais du bien à quelqu'un tu le fais à la part divine qui est en lui et en même temps tu le fais à la part divine qui est en toi.

 

-         Tu délires ! de quel droit parles-tu de ta part divine ?

-         Parce qu'elle existe ! Réfléchis ! Rien que le fait de penser, ce n'est pas la vache qui broute là, à droite, qui va jouer avec des idées abstraites comme nous le faisons, toi et moi. Penser, c'est extraordinaire !

-         Mais enfin, de là à parler de part divine... C'est la part humaine, tout simplement !

-         Et les génies, tu y as réfléchi ? Les Vinci, les Mozart, les Hugo ? Comment expliques-tu leur talent, leur créativité, leur inventivité, s'il n'ont pas un peu de divin en eux ? Ils ont une part divine immense ! Un Picasso qui, d'un trait, entre dans le cubisme et lui donne en même temps ses lettres de noblesse... Oui, la création artist...

-         Arrête ! tu n'es ni Léonard, ni Wolfgang, ni Victor, ni Pablo.

-         Je sais... Et pourtant, si le monde est un tout, chacun d'entre nous est une partie du tout. La voilà l'explication que je cherchais ! Atomes minuscules de l'univers, nous lui appartenons à part entière. En apportant du bien à tout, tu fais du bien à chacun et à toi aussi...

 

Pas besoin de regarder autour de moi. Je sais que je suis seul. Et que je suis arrivé à El Acebo, un des plus jolis villages de montagne du Camino, où l'on sait préparer la truite comme je l'aime.

 

A la poêle, avec pas mal de matière grasse.

Partager cet article

Repost 0
Published by J - dans Récit
commenter cet article

commentaires

Palivoda 12/01/2016 17:12

Cher Jean François, la parution en mai prochain est confirmée en français et en traduction allemande. Je voudrais illustrer l'article par la photo de ta main tenant le caillou. Les techniciens auront peut-être de la peine à l'extraire de Kizoa. Aussi pourrais-tu me l'envoyer à mon adresse de messagerie: palivoda.robert@me.com. Mille mercis. A la parution, je te demanderai une adresse postale pour l'envoi. Amitiés. Robert

J F F 12/01/2016 17:32

C'est parti ! Je t'ai envoyé 3 photos, tu choisiras celle que tu préfères... Il y a aussi mon adresse personnelle et celle de l'association au sein de laquelle je milite. Ultreia !

Robert 09/01/2016 12:32

Membre du Comité de rédaction du bulletin Ultreïa publié 2x par an par l'Association helvétique des Amis du Chemin de Saint-Jacques, je souhaite insérer un résumé de ton texte dans un prochain n°. Es-tu d'accord? Merci de me répondre rapidement. Ultreïa!

Robert 10/01/2016 17:31

Mille mercis, ce sera fait! Si l'article est retenu (cela dépend de la place), il devrait paraître dans le n° 57 au mois de mai.

J F F 09/01/2016 23:57

Bonsoir Robert,
Très heureux que cet article te plaise. Merci de m'avoir demandé l'autorisation de le publier. Oui je suis d'accord pour qu'il soit repris dans votre bulletin Ultreia, tu voudras bien en échange : 1/ signer de mon nom Jean François Féjoz et préciser que je milite ou "oeuvre" ou travaille pour que le Chemin de Compostelle soit balisé à l'aide de clous en bronze dans les rues de Paris 2/ indiquer que c'est un extrait de mon blog www.chemincompostelle.over-blog.com. Tiens-moi au courant quand ça paraît, stp, Amitiés Jacquaires !

Pierre 17/01/2011 21:41


Et si cette part "Divine" c'était tout simplement Toi unique au centre du tout multiple et dispersé . Je ne fais pas un plan égocentré , je dis juste que c'est toi qui est le porteur , sans toi la
référence du Tout n'existerait pas ...

Comme ça comme ça vient, déposer un cailloux le lendemain de ses 47 ans, le premier jour de l'été lorsque la lumière de l'année commence son parcours vers l'occident , commence à diminuer pour
laisser place à la nuit ... est ce une parcelle divine ou tout simplement la Vie ...

???
à Bientôt Jean François ...


J 24/01/2011 11:39



Merci pour cette riche contribution, Pierre. Oui, cette Croix de Fer (il y en a beaucoup et de plus belles en chemin) est une magnifique occasion de méditer. A mon avis tout vient du site et du
tumulus.


D'accord pour penser que la Vie n'est rien sans la Conscience de soi et du monde qui nous entoure, mais tu le dis mieux que moi...


Ultréïa !



Christine 16/01/2011 19:06


Merci, JFF, pour ton récit de la montée vers la Cruz del Ferro, du dépôt de la pierre et de tout ce qu'elle peut porter, puis de la descente douce vers El Aceibo. Les souvenirs sont ravivés au
point que je crois y être, alors que non, ciel ! , je suis à Paris et ce dimanche se termine.


J 16/01/2011 19:19



Un dimanche se termine qui a été très beau après tout. Grand soleil comme ce jour-là à la Cruz de Ferro, et une température convenable.


Merci beaucoup Christine, pour ton commentaire, il prouve que je n'invente rien. Cheminements différents peut-être, mais c'est bien le même chemin ! Bienvenue pour d'autres commentaires, et bonne
semaine !



danielle LOPEZ 16/01/2011 18:24


bouleversant JF !!!
vraiment...je suis incapable d'en dire plus , merci, tu as réussi à me faire pleurer.. et rire quand même....
a plus


J 16/01/2011 19:14



Merci à toi , Danielle ! Qu'il est bon de partager de l'émotion ! Le commentaire suivant prouvera que je n'invente rien. Il ne s'est pas passé grand-chose ce jour-là. Mais le chemin, comme chaque
jour... a parlé. A bientôt !



Présentation

  • : chemincompostelle
  • : tout ce que vous voulez savoir sur le chemin de Compostelle en général et la voie de Paris en particulier. Si la réponse n'est pas dans un article, posez des questions, on vous répondra. Bonne lecture !
  • Contact

MODE D'EMPLOI

Renseignements pratiques ci-dessous dans la même colonne.

 

Utilisez le moteur de recherche (Recherche ci-dessous) pour trouver rapidement réponse à vos questions.

 

Cheminez à votre guise d'un article à l'autre. Les premiers articles affichés sont les derniers publiés. Cliquez sur la bannière en haut pour revenir à l'article le plus récent.

 

Si c'est le Récit qui vous intéresse : en bas de chaque article du Récit le lien sur les derniers mots permet, d'un clic, de passer au jour suivant. Pour aller au premier jour du Récit, cliquer ici.

Un petit mot fait plaisir : laissez des commentaires (en bas de chaque article). C'est aussi un moyen d'avoir plus d'infos. 

 

Inscrivez-vous plus bas, même colonne, au suivi du blog-newsletter (gratuit et sans risque) ; vous serez informés automatiquement de la publication de chaque nouvel article.

Recherche

.

Informations pratiques

INFOS PRATIQUES VOIE DE PARIS

CREDENCIAL BIS  

Document obligatoire : 

 

Le crédencial 

PHOTOS A CLASSER encore plus 089 BIS  

Paris - Tours via Chartres :

Carte globale et belles étapes

 

images.jpg  

Trouver un logement pèlerin

Hébergements à Paris et alentours

 

ITINERAIRE EN ILE DE FRANCE 55 km

Tracés à télécharger

chateau-d-ecouen 

staticmap2-EXTRAIT.png

 

Châtenay en France

       -

Sarcelles

 

PHOTOS A CLASSER 2 105 BIS

staticmap2-extrait-sarc-st-denis.png

 

Sarcelles

       -

Saint Denis

 

 PHOTOS A CLASSER 2 093 TER   staticmap2-extrait-st-denis-paris-t-st-jacques.png

 

Saint-Denis

         -

Tour St Jacques à Paris

 

 PHOTOS A CLASSER 008 BIS staticmap2-extrait-de-paris-st-jacques-a-f-de-verrieres.png

 

Tour Saint Jacques

         -

Forêt de Verrières

 

 vie1 SOEURS SCE SITE DE L4ABBAYE staticmap2-extrait-de-f-de-verrieres-a-vauhallan.png

 

Forêt de Verrières

     -

Vauhallan