22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 09:42
DSCF1648-PORTRAIT-TER.jpg
 

Même pas peur  !                                                              

 

2897492483_small_1-escalier-qui-monte-gris.jpg

 

Il t'est certainement arrivé de passer par la poste avant d'aller au marché, ou de rendre visite à ton père avant de retrouver ton frère.

 

Pareil pour Hubert, à une différence près.

 

Hubert, 25 ans, a testé, il y a huit ans, le Chemin de Saint Jacques de Compostelle.

 

"L’expérience du chemin est unique et pleine de surprises, nous dit-il. On y découvre la magie de la vie à travers les essentiels auxquels sont confrontés les pèlerins : vie au jour le jour (marcher, trouver un toit, trouver à manger), le lendemain est loin…"

 

Très envie aussi de prendre son sac à destination  des JMJ 2011 de Madrid, grand rassemblement de jeunes chrétiens. Il a déjà vécu les Journées Mondiales de la Jeunesse, c'était en 2005, à Cologne. Un souvenir encore très présent :

 

" Se retrouver au milieu de cette foule heureuse, qui sourit, qui parle toutes les langues, qui prie, qui fait communion autour d’un même message, celui de la paix et de l’Amour de Dieu..."

 

Un beau jour, il lui vient l'idée de faire d'un même coup l'un et l'autre.

 

Sauf imprévu, il se rend à pied à Saint Jacques de Compostelle en longeant  la côte, toute la Côte Atlantique, celle de France puis celle d'Espagne. Il prévoit d'arriver à Santiago dans deux mois et demi. Ensuite, Hubert continuera vers Madrid, où il prendra part aux JMJ 2011.

 

2 500 km, 630 heures de marche, et combien de rencontres, d'expériences uniques ? Départ de Bretagne prévu dans 8 jours.

 

A la question :

-"As-tu des appréhensions, avant ce long périple ?"

Sourire :

-"Je me surprends moi-même, mais non. J'ai confiance. Après, peut-être qu'au bout de 10 km, je ne dirai plus la même chose..."

 

Gageons qu'à Madrid son témoignage aura toute sa valeur.

 

Qu'il sera le seul à arriver à pied d'aussi loin ...

Partager cet article

Repost 0
Published by J F F
commenter cet article

commentaires

Hubert 06/05/2011 11:29


Merci beaucoup pour vos différents messages d'encouragement... ça aide à avancer dans ces premiers jours d'adaptation et de doute qui ne sont pas facile du tout.

Un grand merci.

Ultreïa


J F F 07/05/2011 07:50



On croit être seul au monde, mais ce n'est pas vrai. Les âmes nous entourent.   



françoise 06/05/2011 09:53


bonjour Hubert,votre chemin qu'il passe par les JMJ et compostelle me parait admirable
bonne route
cordialement


J F F 07/05/2011 07:49



Ce qui veut dire : entièrement d'accord.



Jean-François Aillet 26/04/2011 08:34


Bonjour JFF

Voici le message que j'ai laissé sur le Livre d'Or d'Hubert :

Nombreuses peuvent être les questions que l'on peut être amené à se poser avant de partir dès lors que l'on envisage de se mettre en marche d'aussi loin que la Bretagne pour aller jusqu'à Santiago
de Compostela. Aussi, me permettrais-je, en toute modestie, d'essayer de vous apporter ici ce témoignage rassemblant en une seule marche le Tro Breiz, la Voie de Soulac, le Camino del Norte :

D'où partir lorsque l'on décide de partir de Bretagne ?

Quand je suis arrivé à Santiago de Compostela, un pèlerin m'a demandé : "Pour toi, c'était quoi l'étape la plus difficile ?" Parti le 1er avril 2008 du sommet du Mont-Saint-Michel, je venais de
mettre 6 mois à relier Saint-Jacques-de-Compostelle, le Cap Fisterra, Muxia, en 166 jours non stop avec 25 kg de matériel sur les épaules en étant passé par la côte française et espagnole (Tro
Breiz, Voie de Soulac, Camino del Norte), 3 en 1 pour 3200 km parcourus, il faisait - 2° lorsque je suis parti, j'ai réfléchi avant de lui répondre et avant que je ne puisse lui répondre, il m'a
répondu : "Pour moi, l'étape la plus difficile est celle où je me suis décidé à partir !" Après réflexion, c'est probablement vrai, l'étape la plus difficile à passer est celle qui nous fait
prendre la décision de nous mettre en marche.

Alors d'où partir lorsque de toute façon l'on se décide à aller marcher plusieurs dizaines de centaines de kilomètres ?

Je dirai qu'en partant de Bretagne, le mieux que l'on ait à faire c'est de partir de chez soi, de là où l'on réside, tant l'on n'est pas vraiment à 100 km de plus ou de moins en étant aussi loin du
point d'arrivée. Pour ma part, je suis donc parti du sommet du Mont-Saint-Michel avec un objectif simple : relier le Mont-Saint-Michel à Santiago de Compostela en passant par le plus long chemin
que l'on puisse faire en partant de ce point de départ. C'est à dire en longeant tout simplement la côte. Ce point de départ depuis la Bretagne mène donc à croiser un autre pèlerinage : le TRO
BREIZ. Au départ, on ne sait pas trop ce qu'est ce pèlerinage.

Quelle relation avec Saint-Jacques-de-Compostelle ?

Quelle relation ce Tro Breiz peut-il avoir avec ce pèlerinage vers Santiago ? En fait c'est lorsque l'on arrive à Santiago que l'on comprend son importance en partant de Bretagne. La Bretagne
constitue un finistère, Santiago, en partant de Bretagne c'est aller vers un autre finistère, le second finistère en se référant au point de départ. Le point de départ et le point d'arrivée sont en
fait très jumeaux. Aussi, en partant de Bretagne, il est bon, me semble-t-il, pour se préparer, se muscler, se forger le mental, d'effectuer au préalable ce tour de la Bretagne en tant que mise en
condition. C'est ce que j'ai fait. J'avais à cela une bonne raison : Je vis en Normandie, Breton d'origine (50% Breton/50% Normand), j'ai éprouvé avant de partir d'aller marcher sur la terre de mes
ancêtres. Aussi, avant de partir, comment dirais-je cela ? Munissez-vous, nourrissez-vous de tout ce qui fait votre origine, revisitez-là, redécouvrez-là tant cela vous servira énormément sur ce
chemin vers Saint-Jacques et surtout n'oubliez pas de coudre une hermine sur votre sac ou sur votre chapeau.

Le fameux TRO BREIZ :

Comment l'aborder ? Je savais qu'en partant du Mont-Saint-Michel, j'allais devoir avant affronter la façade maritime bretonne par des temps pas toujours très cléments (c'est le moins que l'on
puisse dire quand la mer décide de pousser ses embruns à terre...) et qu'en second lieu le chemin côtier n'allait pas être équipé de gîtes d'étapes à l'instar de ceux que l'on peut trouver en
Espagne. Pour cela, je n'y suis pas allé par quatre chemins. J'ai pris la décision d'emmener avec moi un objet peu encombrant, très léger, quelque chose que l'on ne trouve pas dans le civil : un
sur-sac de couchage des commandos de marine qui permet de bivouaquer n'importe où par n'importe quel temps, par n'importe quelle température garantissant en tous temps de dormir au sec, d'être sec
et de rester sec. C'est là l'une des recommandations les plus importantes que je vous ferais si vous décidez de partir de Bretagne : munissez-vous d'un sur-sac de couchage. Vous ne le regretterez
pas. Deuxième recommandation : Où que vous soyez, dans chaque village, passez dire un petit bonjour à l'instituteur, au maire, au patron du PMU, etc. Vous partez de loin... Dites-vous bien que le
bouche-à-oreille à partir d'un moment vous précédera. Une personne rencontrée trois jours plus tôt dans un village sera sans aucun doute la personne qui vous invitera chez elle trois jours plus
tard ou aura parlé de vous à ses ami(e)s qui seront ceux qui vous accueilleront car ils auront entendu parler de vous par cette même personne même si ce jour-là elle n'est pas là. C'est cette magie
que j'ai pu vivre et rencontrer partout en Bretagne tout le long de la côte : une extraordinaire solidarité, une chaîne humaine. Aussi, quand vous être dehors avec un sac-à-dos par tous les temps,
c'est très important. Autre recommandation importante : Dans les cafés, dans les bars, n'allez pas en terrasse. Allez vous déharnacher de votre sac et vous asseoir directement au bar. C'est là que
vous allez faire les rencontres. Au départ on vous regardera bizarrement, on vous jaugera sans rien vous dire. Commandez à vous faire servir une Cervoise et à partir de là, vous allez voir la magie
que cela enclenche...

Au sortir du TRO BREIZ :

Là, vous aurez déjà l'impression d'avoir accompli quelque chose de... d'indescriptible. Vous ne sentirez plus le poids de votre sac sur le dos. Vous aurez mal au pieds et cela c'est plutôt bien
tant c'est important de faire craquer ses os avant de partir. Vous serez enfin préparés pour commencer à descendre. Une fois que l'on quitte la Bretagne, c'est plat !!!...et c'est tout droit
jusqu'aux Pyrénées. Cependant, n'allez pas trop vite. Regardez bien autour de vous ce qui s'opère... Car vous allez croiser différentes régions qui vont progressivement vous renseigner sur ce que
vous avez appris en Géographie et en Histoire à l'école. C'est durant tout cette descente vers les Pyrénées une lente et fabuleuse révision de votre Histoire et de votre Géographie que vous allez
faire et vivre. Vous allez voir, c'est fabuleux.

La façade Atlantique jusqu'aux Pyrénées :

Là, il n'y a pas que la ligne droite qui est possible... Il y a quelques îles en chemin ! Je vous recommande d'aller en visiter quelques unes. Personnellement, je me suis arrêté sur 14
d'entre-elles : les temps de repos sont nécessaires. A Royan, si vous longez la côte, vous allez devoir passer l'estuaire de la Gironde. Je vous y invite car de l'autre côté vous allez croiser
votre chemin avec Nôtre-Dame du Bout des Terres. C'est important de passer la voir avant d'aller à Saint-Jacques. Je ne vous dis pas pourquoi. Cela, ce sera à vous de le découvrir sur place. De là,
vous avez deux possibilités : Soit longer la côte, soit descendre le long des bords de la Gironde pour aller jusqu'à Bordeaux. Personnellement, j'ai choisi de descendre par l'intérieur de
l'estuaire de la Gironde. Ah ! Pas totalement fou ! Il y a là tous les grands crus et cépages que l'on trouve sur toutes les bonnes tables de tous les plus grands restaurants du monde. Alors je
crois que ça vaut le coup d'aller voir de ce côté-là... !!!

A Bordeaux, rejoignez la Dune du Pila et surtout, faites-là en entier par le dessus (3 km de long) à marcher sur la colonne vertébrale de la plus haute dune de sable d'Europe, en venant de
Bretagne, j'aime mieux vous dire que c'est quelque chose à ne pas manquer de faire quand l'on sait que 99% des touristes ne font que monter en haut pour s'y faire photographier et se contentent
ensuite de redescendre l'escalier... Bah ! c'est triste ! Alors puisque vous êtes arrivés jusque là, faites-vous au moins ce plaisir de trois bonnes heures de marche pour la traverser. Après, c'est
tout droit, tout droit, tout droit, tout droit, la longue traversée des Landes. Bon, ne vous embêtez pas trop, il y a dans ce coin-là beaucoup de terrains d'entraînement militaire alors passez
plutôt par l'intérieur jusqu'au courant de Huchet. A partir de là n'allez pas trop vite, profitez des plages avant et après Biarritz car dès que vous arriverez au niveau d'Hossegor va commencer à
apparaître à l'horizon un truc qui va vous émerveiller, vous séduire et enfin vous méduser ! Vous... vous allez progressivement comprendre que vous allez devoir passer ce truc qui commence à
apparaître devant vous : les Pyrénées !!! Et quand on vient de Bretagne, j'aime mieux vous prévenir, la Bretagne, vous allez trouver que finalement c'est très très très plat la Bretagne à côté de
ce qui se présente en face de vous sur la ligne d'horizon !!!

Vous êtes venus là pour cela, non !!! (???) pour passer les Pyrénées... pour aller jusqu'à Saint-Jacques !!! C'est bien cela, non ???

Bon, ben, je vous conseille de vous attarder un peu dans quelques bars basques avant de vous décider car ce qu'il y a devant, c'est... c'est grand, c'est pointu, c'est..., ça change de l'océan,
c'est sûre !!! Une fois que vous serez arrivés à Hendaye, ne commettez pas l'erreur que font tous les français qui partent vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Ne passez pas par Irun. A Hendaye,
allez jusqu'au bout du port et prenez là la traversière qui vous fera passer la Bidassoa, le fleuve qui sépare la France de l'Espagne. De l'autre côté vous serez arrivés, au bout d'un long et lent
voyage, en Espagne. A partir de là, tout change. Vous ne


J F F 26/04/2011 19:11



Merci Jean François, pour cette belle contribution. Ultréïa !



Hubert 26/04/2011 00:03


Merci Jean François A (je précise...)

Oui je vais avoir plusieurs credentiales pour pouvoir accueillir tous les tempons nécessaires pour mon chemin. Ce sont de petites credentiales espagnoles que l'on m'a rapporté de Saint Jacques, il
y a donc peu d'emplacements.

J'ai été voir ton site. Ton projet "le solitaire... des marées" est très beau. très belle idée de paix et de partage universel. Bravo!!!

Hubert


J F F 26/04/2011 19:11







Jean-François Aillet 25/04/2011 11:25


CREDENCIAL ? Au départ, on ne connaît pas ce nouveau mot ni véritablement son sens ni ce qu'il représente. Ce n'est qu'au retour que l'on mesure vraiment ce nouveau vocabulaire assimilé et son
importance qu'il prendra ensuite dans notre vie pour le reste de notre vie. Quand je suis rentré, je ne reconnaissais plus mes marques, je ne savais plus où étaient mes choses, mes objets, la seule
chose à laquelle je pouvais me raccrocher était cette CREDENCIAL, ce bout de papier que j'avais soigneusement protégé en chemin, tout le long du chemin. A mon retour, je me suis rendu compte que ma
CREDENCIAL mesurait ► 5,6 m de longueur une fois dépliée. Elle est une partie du chemin, celle qui nous aide à nous ré-ancrer après être allé la faire encrer :
http://www.aillet.com/credential/camino_del_norte.htm
Buen Camino Hubert
JFA


J F F 25/04/2011 22:26



5.6 m de long, ta crédentiale (ou ton crédential - y a des puristes) ! Félicitations, et merci d'évoquer ce sujet, je crois que je ferai au moins un article à ce propos, peut-être deux. Il faut
dire que ton chemin n'a pas été une petite promenade....  Dans ton blog je vois qu'il était pratiquement le même que celui d'Hubert, ou vice-versa.


Vous allez être "Frères de la Côte " ! 


Reviens sur ce blog quand tu veux, Jean François (un prénom magnifique, soit dit en passant   hihi !)  



Hubert 25/04/2011 10:49


merci Danielle pour ton commentaire positif et motivant qui m'aidera à aller jusqu'au bout.

Merci à toi JF pour ton accompagnement et la possibilité que tu me donnes de partir avec beaucoup de monde dans mon sac...

Ultreïa


J F F 25/04/2011 22:16



Très fier et heureux de vous compter parmi mes amis sans vous connaître encore à fond ... Vous avez en commun ce trait : vous êtes des optimistes viscéraux ! Bref, des gens très fréquentables....
Merci à tous les deux !



danielle LOPEZ 22/04/2011 16:08


ah , j'aime bien !!
quel optimisme, ça fait du bien ...et comme tu le dis JF :"même pas peur", il souffle dans cet article un air de fraicheur, (c'est du moins ce que je ressens), une foi dans la vie ....oui vraiment
ça fait du bien ....
Bravo pour ce joli article , JF ...

Danielle


J F F 24/04/2011 00:37



De bonnes chances que les articles suivants aient plus ou moins la même tonalité : Hubert est un jeune homme heureux et conscient de l'être. Quelle chance ! Une chance qu'il n'hésite pas à
partager avec ceux qu'il rencontre.  Donc A Suivre ...



Présentation

  • : chemincompostelle
  • : tout ce que vous voulez savoir sur le chemin de Compostelle en général et la voie de Paris en particulier. Si la réponse n'est pas dans un article, posez des questions, on vous répondra. Bonne lecture !
  • Contact

MODE D'EMPLOI

Renseignements pratiques ci-dessous dans la même colonne.

 

Utilisez le moteur de recherche (Recherche ci-dessous) pour trouver rapidement réponse à vos questions.

 

Cheminez à votre guise d'un article à l'autre. Les premiers articles affichés sont les derniers publiés. Cliquez sur la bannière en haut pour revenir à l'article le plus récent.

 

Si c'est le Récit qui vous intéresse : en bas de chaque article du Récit le lien sur les derniers mots permet, d'un clic, de passer au jour suivant. Pour aller au premier jour du Récit, cliquer ici.

Un petit mot fait plaisir : laissez des commentaires (en bas de chaque article). C'est aussi un moyen d'avoir plus d'infos. 

 

Inscrivez-vous plus bas, même colonne, au suivi du blog-newsletter (gratuit et sans risque) ; vous serez informés automatiquement de la publication de chaque nouvel article.

Recherche

.

Informations pratiques

INFOS PRATIQUES VOIE DE PARIS

CREDENCIAL BIS  

Document obligatoire : 

 

Le crédencial 

PHOTOS A CLASSER encore plus 089 BIS  

Paris - Tours via Chartres :

Carte globale et belles étapes

 

images.jpg  

Trouver un logement pèlerin

Hébergements à Paris et alentours

 

ITINERAIRE EN ILE DE FRANCE 55 km

Tracés à télécharger

chateau-d-ecouen 

staticmap2-EXTRAIT.png

 

Châtenay en France

       -

Sarcelles

 

PHOTOS A CLASSER 2 105 BIS

staticmap2-extrait-sarc-st-denis.png

 

Sarcelles

       -

Saint Denis

 

 PHOTOS A CLASSER 2 093 TER   staticmap2-extrait-st-denis-paris-t-st-jacques.png

 

Saint-Denis

         -

Tour St Jacques à Paris

 

 PHOTOS A CLASSER 008 BIS staticmap2-extrait-de-paris-st-jacques-a-f-de-verrieres.png

 

Tour Saint Jacques

         -

Forêt de Verrières

 

 vie1 SOEURS SCE SITE DE L4ABBAYE staticmap2-extrait-de-f-de-verrieres-a-vauhallan.png

 

Forêt de Verrières

     -

Vauhallan